De l'Hypnose à l'Hypnopraxie, des thérapies entre l'âme et la conscience au sein de votre Centre Entretien de la Vie à Gland.

L'hypnose, dormez....

Connu du grand public dès le XVIIe S. avec les passes magnétiques (Anton Mesmer) et galvaudé de nos jours avec les shows télévisés de son homonyme contemporain par son «Dormez… », l’Hypnose thérapeutique n’a rien de commun avec son avatar si ce n’est de par la Transe.


Qu’est ce que la transe ?
La Transe, traduit dans le langage populaire comme un état modifié de conscience, correspond à un état second où le sujet se détache de son environnement pour fonctionner à un niveau inconscient. Qui n’a pas vécu cette expérience, d’être dans sa voiture, de conduire puis de réaliser que l’on est arrivé à destination sans se rappeler complètement du trajet ni des évènements…ou encore être en admiration devant la splendeur d’un paysage, totalement absorbé à en oublier le temps et l’espace… ? Ce sont des transes spontanées, ordinaires, naturelles. C’est un débranchement à la réalité extérieure.

Que se passe-t-il lors d'une séance d'hypnose ?
L’Hypnose thérapeutique moderne, qui doit ses lettres de noblesse à Milton Erickson (XXe s.), se définit comme un mode de fonctionnement psychologique dans lequel un sujet grâce à l’intervention d’une autre personne (le thérapeute) parvient à faire abstraction de la réalité environnante tout en restant en relation avec l’accompagnateur. Cet accompagnement devient thérapeutique dès lors que le thérapeute, par la qualité de son lien avec le patient, va l’aider à se connecter à lui même avec un nouvel éclairage sur sa façon de fonctionner ou de percevoir le monde. Un état somnambulique (« dormez !… ») longtemps confondu avec l’état hypnotique n’est pas nécessaire ; le sujet trouve par lui-même la profondeur de l’état dont il a besoin, va reconnaître inconsciemment ce qui lui convient et faire les choix fondamentaux.

Il n’existe plus d’induction ritualisée, ni de répétitions de phrases mais il peut s’agir d’une «simple » conversation au cours de laquelle le thérapeute parle, observe et utilise des moyens spécifiques de communication à partir du langage et du propre discours du patient. L’Hypnose va faciliter les échanges et la relation entre le Conscient et l’Inconscient afin que le patient par lui-même réactualise et utilise ses propres ressources pour dépoussiérer ses schémas désuets et inadéquats habituels de fonctionnement. 


La thérapie est le Fait du patient, aimait à dire Milton Erickson.  Le patient est actif et acteur de sa guérison.

On vous parle aussi de l'Hypnopraxie...

L’Etre humain se meut et «s’é-meut » par le sentiment qu’il éprouve (Amour, Haine, Joie, Tristesse..) à la rencontre du monde. C’est son état d’être, son état d’âme, autrement dit son affect qui va orienter sa vie, sa conscience et sa relation avec autrui. Cette orientation le met en relation, l’ouvre vers l’autre ou pas et va déterminer sa façon d’appréhender les choses, les événements mais aussi sa perception ; c’est la praxie. Il arrive parfois que cet état d’être, cet état d’âme (ne dit-t’on pas avoir « le vague à l’âme » ?) soit en déphasage, voire en souffrance avec certaines situations de vie et le monde environnant. D’où peuvent découler des comportements inadéquats, inappropriés, voire même pathologiques.


L’hypnopraxie, créée par le Dr Guy Chedeau, est née de la rencontre de l’hypnose Ericksonienne et de la phénoménologie (approche philosophique et humaniste dont le chef de file était Edmund Husserl, XXe S.).  L’affectivité, l’état d’être (l’état d’âme, l’inconscient affectif) sont au centre de la pratique en hypnopraxie. Le patient prend contact avec son intime, son ressenti ou sentiment au cours du retour sur soi (transe hypnotique) par un mode de présence et langagier de la part du thérapeute. Ce nouvel éclairage permet d’orienter le monde intérieur du patient afin qu’il puisse par lui-même réaménager ses sentiments, ses affects et ainsi acquérir une autre vision, perception du monde. C’est une thérapie de l’instant, globale, intégrative dans laquelle le patient est totalement actif et acteur de sa propre « trans-formation ». Elle va utiliser un langage non directif et structurel ; les mots et les verbes sont ceux du patients, saupoudrés par un savoir-faire, un savoir-être du thérapeute qui est en lien constant avec son patient.


« Un individu se développe, s’harmonise ou se bloque dans sa chair à partir de moments où il est touché par quelque chose. Il se bloque et met en place des mécanismes de défense chaque fois que il est touché (dans le sens blessé) par quelque chose et de même que il se bloque chaque fois qu'il est de nouveau touché (dans le sens ému ou soutenu) par quelque chose…» Guy Chedeau.

Prenez un rendez-vous avec votre thérapeute Olivier Nguyen expérimenté dans ces pratiques holistiques à travers toute la Suisse romande

Olivier Nguyen